Test de la GoPro Fusion

Quelques années en arrière, réaliser une vidéo 360 impliquait l’utilisation de plusieurs caméras assemblées dans des “rig” comme le Freedom 360 ou encore l’Omni (chez Go Pro), ou des combinaisons de caméras type reflex nécessitant un long temps de post production. Aujourd’hui, le marché propose des caméras tout en un, permettant de faciliter les prises de vues et de réduire le flux de travail. Nous avons voulu tester la petite dernière de GoPro, la Fusion, caméra grand public “haut de gamme”.

Voici les données techniques de la GoPro Fusion :

Ouverture f/2.0
Résolution vidéo 4992 x 2496 @ 30fps
3008 x 1504 @ 60fps
Résolution photo 5760 x 2880 avec option RAW et Burst (30fps)
ISO (photos): 100 – 800
ISO (vidéos): 100 – 6400
Temps de pose Jusqu’à 30 secondes
Mémoire 2 cartes micro SD
Connexion USB Type C
Dimensions 73x75x23 mm
Prix 729.90 EUR
Batterie 2620 mAh
Poids 220g
Waterproof Oui, jusqu’à 5 mètres

La communication de GoPro sur cette Fusion est différente des autres caméras du marché 360°. En effet, cette Fusion est vendue comme étant une caméra qui filme tout, pour créer une vidéo “classique”, en utilisant l’Overcapture. Pour faire simple, cette caméra est avant tout prévue pour réaliser une vidéo 360 en version director’s cut. Mais ce qui nous intéresse particulièrement ici, c’est sa capacité à filmer en 360 et l’utilisation sur les différents supports, VR incluse.

 

Utilisation et ergonomie

Pour les amateurs de GoPro, l’utilisation de la Fusion est identique à une Hero, le système de navigation dans le menu est le même que ses grandes sœurs, avec toujours un bouton pour allumer/éteindre et accéder au menu, et un deuxième pour gérer les enregistrements. Sa forme et la texture de son revêtement la rendent facile à manipuler et la réactivité est là. A noter qu’il est possible de lancer un enregistrement vidéo très rapidement quand la caméra est éteinte, en pressant le bouton d’enregistrement. Pratique, sauf si vous appuyez par mégarde en la rangeant dans votre sac.

La caméra est un peu lourde, surtout à cause de la taille de sa batterie amovible de 2620 mAh occupant les 2/3 de la caméra mais qui lui permet une autonomie “confortable” d’environ 75 minutes en enregistrement 5K. Durée d’enregistrement qui peut d’ailleurs être virtuellement infinie car vous pouvez enregistrer tout en chargeant la caméra.L

L’enregistrement est confié à deux cartes SD, ce qui peut sembler déroutant et pas forcément pratique à gérer au moment de décharger les images, mais qui autorise un débit de données important de 120 Mb/s, chaque capteur enregistrant sur une carte dédiée.

On retrouve, comme sur la gamme Hero, la possibilité d’activer le ProTune nous permettant de régler la limite ISO, la compensation d’exposition et d’obtenir une image dé-saturée plus facilement utilisable pour la colorimétrie en post-production.

 

Les principales fonctions

Stabilisation d’image :

S’il y a bien un aspect de cette fusion qui nous a impressionné, c’est sa stabilisation. Du jamais vu en 360°.

Obtenue à partir des données du gyroscope de la caméra et d’un algorithme permettant de diminuer considérablement les effets de rolling shutter, la stabilisation de la Fusion supprime les moindres vibrations et déformations liées aux mouvements rapides et permet d’obtenir un horizon toujours droit. Quand on connait l’importance d’une image stable dans l’utilisation en VR, cette fonctionnalité fait de la Fusion un allié précieux dans la réalisation d’images embarquées.

Le travail est effectué par l’application GoPro Fusion Studio et non directement dans la caméra et l’export est relativement long, même sur une machine performante ( notre export de test sur une vidéo de 13 minutes a duré 3h30 ), mais le résultat fait vite oublier l’attente.

A gauche, les deux vidéos issues de la Fusion, à droite, la vidéo une fois traitée par le logiciel GoPro Fusion Studio

Son spatialisé :

Équipée de 4 micros, elle permet d’enregistrer un son spatialisé à 360°, à condition qu’il n’y ai pas trop de vent même si la filtration est relativement efficace.

OverCapture :

LA fonction phare de la Fusion permet de passer les rushs 360° en vidéo classique et est vendue comme l’intérêt principale de la caméra.
Elle reste très limitée dans le logiciel GoPro Fusion Studio. En effet, si le logiciel vous permet facilement de modifier l’angle de vue, la projection, la rotation, etc de votre vidéo; il n’est pas possible d’ajouter d’images de référence (Keyframe) et donc d’exporter une vidéo dynamique directement.
La seule option est alors Première en utilisant le plugin GoPro spécifique, fourni avec l’application. Dommage, surtout quand ses concurrents proposent des logiciels très simples à prendre en main, comme le Insta360 Studio.

 

Le stitching

Équipée de deux optiques placées de façon asymétrique, GoPro annonce une qualité de stitching très élevée, et c’est vrai.

Les lignes de stitch sont très bien gérées dans l’ensemble, le passage d’éléments d’une optique à l’autre est géré par un procédé d’Optical Flow, probablement issue des algorithmes développés par Kolor, désormais propriété de GoPro.
D’ailleurs, l’essentiel de cette caméra a été développé par l’ancienne équipe de Kolor à Francin en Rhône Alpes.

Dans un plan fixe, la priorité est donnée aux éléments en déplacement, entraînant une déformation de l’arrière plan visible mais tout à fait acceptable.
En plan embarqué ou en mouvement, les déformations de l’optical flow sont surtout visibles au nadir et au zénith avec une très bonne gestion des raccords dynamiques sur les bords.

L’optical flow en action

L’Optical Flow est une technologie adoptée par plusieurs logiciels de post-traitement de vidéo 360, donc Autopano Vidéo de Kolor et Mistika VR. Au lieu d’afficher une ligne de stitch qui “découpe” nettement la scène, les pixels sont déplacés afin de conserver la cohérence des objets en mouvement.

 

Les applications

La Fusion dispose d’une application mobile sur iOS et Android, mais les deux ne sont pas égales. Sur la version iOS, vous avez la possibilité d’exporter une vidéo classique en effectuant le montage de façon très simple (voir vidéo ci-dessous). Malheureusement, la version Android ne dispose pas (encore ?) de cette fonction, pire, peu de téléphones sont compatibles, un Huawei Mate 9 ou Samsung Galaxy S6 ne seront par exemple pas compatibles, alors qu’un Galaxy S7 fonctionnera parfaitement.

Pour votre ordinateur, GoPro met à disposition GoPro Fusion Studio. Logiciel simple à prendre, il permet de fusionner les deux vidéos générées par la caméra (une vidéo par optique), il se révèle extrêmement gourmand en ressource matériel et pas particulièrement rapide, mais reste indispensable si vous souhaitez tirer le meilleur de votre Fusion. Il est possible d’utiliser d’autres logiciels pour le stitching de vos vidéos, comme Mistika VR disposant d’un preset pour cette caméra, mais vous ferez alors l’impasse sur la stabilisation imbattable proposée par l’application de GoPro.

 

La qualité photo

Clairement, nous ne conseillons pas cette GoPro Fusion pour la qualité de ses photos. Disponibles avec une résolution légèrement supérieur aux vidéos – quasiment 6K – elle ne montre pas de réelle amélioration par rapport à un frame issue d’une vidéo. Si on peut constater une légère amélioration au niveau du piqué de l’image, c’est bien la seule chose qui va différencier la qualité d’une photo de la capture d’une image vidéo. Reste que la photo autorise des poses longues jusqu’à 30 secondes et permet également de faire du timelapse.

Crop 100% – Photo

Crop 100% – Vidéo

En comparaison, un crop identique issu d’une photo réalisée avec l’Insta 360 Pro

La qualité vidéo

Les deux optiques de 180° manquent d’homogénéité. Si, au centre, l’image est nette et contrastée, sur les bords, on peut apercevoir une légère dégradation, le nadir, le zénith et les passages entre les deux optiques manquent donc de netteté.

Les aberrations chromatiques sont elles aussi assez visible dans les zones à fort contraste, mais la Fusion offre une belle plage dynamique, un autre de ces points forts, avec un rendu des hautes lumières particulièrement efficace, ce qui n’est pas le cas des basses lumières avec des ombres moins contrastées et nettes.

Dans la vidéo ci-dessous, vous pouvez avoir un bon aperçu de la plage dynamique, filmé volontairement dans des conditions lumineuses difficiles pour une caméra 360 et dans un environnement complexe en détail. On voit nettement le manque de piqué sur certaines zones de l’image.


Test de la GoPro Fusion en conditions lumineuses difficile, son spatialisé

Mais n’oublions pas que la GoPro Fusion est clairement positionnée comme une “action cam”, et c’est bien là qu’elle tire son épingle du jeu. C’est probablement la meilleur caméra 360 du marché pour filmer l’action à 360°.

 

L’Overcapture

Comme précisé un peu plus haut, le logiciel de la Fusion ne permet pas d’effectuer un montage complet avec des changements de cadrage, de champ de vision et d’orientation. Il faut pour cela se tourner vers les plugins Première et After Effects livrés avec l’app.

Les 5.2K permettent de réaliser une vidéo Full HD équivalente en qualité à ce que peut produire une Hero et c’est en communiquant principalement sur cette utilisation que GoPro compte convaincre les acheteurs : c’est une caméra 360 oui, mais c’est avant tout une caméra qui vous permet de se passer de stabilisateur (au tournage) et de ne pas vous soucier du cadrage (les réalisateurs vont tomber par terre mais c’est pour le grand public !),  ces étapes s’effectuant en post-production. Espérons seulement que le logiciel de la Fusion évolue pour éviter d’avoir à passer par un logiciel comme Première pour réaliser ses vidéos.

l’absence de possibilité de créer des Keyframes pour animer la vidéo est un point négatif pour le logiciel de GoPro

 

Et la VR ?

Avec les limitations des casques VR en terme définition, les 5.2K de la Fusion permettent d’obtenir une vidéo en 4K (la taille maximum lisible par la majorité des périphériques) d’excellente facture. Avec ses deux optiques et son Optical Flow bien géré, son excellente stabilisation et sa réduction de rolling shutter, les défauts inhérents aux vidéos 360 sont peu visibles voir inexistants et ce même en utilisant un casque VR.

Si pour des plans contemplatifs, nous obtiendrons une image de meilleur qualité avec une Insta360 Pro par exemple, en action, cette GoPro Fusion permet de créer des vidéos VR stables et belles, comportant bien moins de défaut qu’un Rig de GoPro et avec une qualité d’image similaire voir supérieure. Son poids et son encombrement permettent aussi de la fixer partout et de lui faire prendre plus de risque qu’une caméra pro.

Reste plus qu’à faire appel à une agence créative pour raconter votre histoire et faire passer votre message, à 360° bien sûr.

Bilan

Affichée à 729.90 EUR, la GoPro Fusion n’est pas la plus accessible des caméras 360 grand public mais c’est sans nul doute la plus performante. Surtout pour filmer l’action. Les vidéos sont nettes et parfaitement stables, ce qui les rend tout à fait utilisables en réalité virtuelle comme sur tout autre support notamment via l’Overcapture (écran ou player classiques). On aimerait cependant voir les fonctionnalités de l’application iOS portées sur Android et PC.

Dans un contexte professionnel, cette caméra est tout à fait utilisable dans des configurations sportives, ou son traitement logiciel et ces deux optiques permettent d’optimiser les notions de stitch et de rolling shutter sur plan dynamique. Avec ses 5.2K, elle est – à ce jour – suffisante pour la vaste majorité des périphériques de lecture.

Nous ne pouvons que la recommander !

 

360blogPhotographie 360Réalité virtuellevidéovidéo 360